<
bandeau amigos de moçambique

s'associer     connaître     voyager     s'informer     agir    

FR - NL - PT

accueil - fr - retour


nos articles

carte : Sofala

    Capitale : Beira
    Superficie : 68 018 Km2
    nb habitants : 1 543 909 (en 2007)
    nb habitants / km2 : 20


 
 
carte de Sofala

sites web :

De Rovuma à Maputo : un parcours des provinces du Mozambique

Sofala

Connue internationalement par la qualité de ses produits de pêche, surtout la crevette, Sofala l'est aussi comme une importante région de sylviculture, produisant surtout les bois précieux de Muanza et de Inhamitanga mais aussi du gaz naturel, à Búzi. Les terres de Chibabava, qui ont été une des plus grandes réserves de chasse en Afrique dconstituent maintenant le parc national de Gorongosa. La production de sucre a aussi un grand poids dans l’économie de la région. Les ethnies les plus représentatives de la province sont les Senas et les Ndau, avec une grande influence swahili.

Sofala a toujours été un corridor de passage, jadis fréquenté par les Arabes à la recherche des richesses existantes à l’intérieur du pays. De nos jours, le "corridor de Beira" relie le port de Beira à la frontière, et dessert ainsi les importations/exportations des pays enclavés voisins ­ Zimbabwe, Zambie et Malawi. Le port de Beira est le deuxième port du pays, par sa taille, son trafic et son équipement.

un peu d'histoire

Sofala est connue depuis des siècles. Au 10e siècle, Al-Masudi décrit les terres de Sofala et l'importance des ressources minières et du commerce entre l'empire de Mwenemutapas et les comptoirs arabers et indiens qui s'étaient déjà établis. A cette époque, Sofala couvrait tout la cote du centre et du nord du Mozambique actuel. Quand les Portugais entrèrent en contact avec l'Afrique méridionale et orientale, en passant le cap de Bonne-Espérance, ils furent informé des activités commerciales de Sofala. Les commerçants de Ormuz, Adem et d'autre lieu recevaient l'or d'autres marchands musulmans qui échangeaient le métal précieux contre les toiles de coton de Cambaia ou d'autres pièces provenant de la mer Rouge ou de Guzarate.

la ville de Beira

La ville de Beira, la deuxième plus grande ville du pays dont le nom d’origine est Aruângua, doit son nom actuel au prince D. Luís Filipe, Prince de Beira ( Beira province portugaise), fils d’un de derniers monarques portugais, qui a justement visité Sofala et Manica au début du 20e siècle. Elle se situe entre les estuaires des rivières Púngoè et Búzi, sur une baie - un énorme marais au début du 20e siècle - qui a permis la construction du port sur une sorte de banc de sable qui a nécessité des travaux importants de protection contre les marées.

Un mélange de styles architecturaux subsiste dans la vieille ville et encore aujourd’hui persistent des anciens noms d’origine britannique, dont l’influence est frappante . En effet, la ville ­ fief de la Compagnie du Mozambique ­ fut longtemps sous tutelle anglaise. En allant vers la Place Barry, on trouvera la mairie, la banque, les commerces, dont les bâtiments datent plutôt des années 1930. En allant vers la gare c’est l’architecture des années 1920, du style colonial anglais. Le quartier plutôt indien se situe de l’autre côté du petit pont, un alignement de baraques avec des petites arcades. Tous les jours, le marché est ouvert et se trouve le long de la mer.

A visiter à Beira

Dans la région

Plages et lagunes

phare

Les meilleures plages de la ville de Beira sont entre le Club nautique et le farol do Macuti.

Le Rio Savane c’est la plage de Beira, à une trentaine de kms de la ville. Elle s’étend sur des kilomètres et est assez agréable «Six Miles». A environ 10 km de la ville vers l’intérieur ­ se sont une série de lagunes et de petittes îles artificielles ou on peut nager et faire du pédalo.

Réserves naturelles et birdwatching

hornbill - calao

Pour l'observation des oiseaux, l''ancien cimetière de Dondo est un bon endroit ; ainsi que le Rio Maria, derrière l’aéroport de Beira. Il est possible d’y faire un pique-nique.

La Réserve de buffles de Marromeu possède aujourd’hui six mille buffles mais en 1981, elle comptait quarente-six mille ; Ce nomb re fut réduit à cause de la guerre et de la famine, et des braconneurs. La nature y est à son état le plus sauvage et des projets sont en cours pour la gestion de cette espace Pour la visite de la réserve, il faut prendre contact avec le Ministére de la culture à Maputo.

Célèbre est le parc de Gorongosa. Il se situe à 200 km de Beira, à 150 km de Chimoio et à une heure de Inchope.

Le parc, d’une superficie de 3700 km2 s’étend autour de la vallée de l’Urema à la pointe sud du grand rift Est africain. Pendant la saison de pluies cette vallée devient une sorte de grand lac, Elle remonte au nord jusqu’au fleuve Zambèze et est délimitée au sud par le rivière Pungué. La beauté de la nature et son calme vaut le détour, même si on pourra pas compter de voir de gros animaux. On peut camper à Chitengo dans des conditions correctes . Les oiseaux sont les plus nombreux (500 espèces) ; vous découvrirez facilement les singes et les antilopes dans la vallée de l’Urema. Les lions, léopards, buffles et éléphants se laissent apercevoir, ainsi que les gnous, les hyènes et des hippopotames.

 

     

Pour arriver à Beira :

Par la route nationale en venant du Zimbabwe (EN6), distant de 300km de la frontière Mutare/Machipanda. Par la route (EN1), en provenance de Maputo, 1200 Km ; par vol intérieur (LAM)

Logement à Beira :